Hardware & High-Tech

Articles > Refroidissement

Corsair Nautilus 500

Test publié le Mercredi 13 Septembre 2006 par Julien Thérin dans la catégorie Refroidissement. Tags : Corsair, Refroidissement, Watercooling.

Page 3 - Corsair Nautilus 500

Corsair Nautilus 500

Cette Nautilus 500 (la watercase) est accompagnée dans sa boîte d’un waterblock sur lequel est fixé du tuyau, de raccords rapides, de circlips (clips de serrage), d’une équerre, d’un câble d’alimentation, d’un additif nommé « COOL » , de pâte thermique, de fixations pour processeurs Intel sockets 775 / 478 & AMD sockets 754 / 939 / 940 et d'un manuel d’installation. Avec cette watercase externe, ce tube pré installé et ces raccords rapides, Corsair vise clairement l’installation facile et rapide : dans leur « press briefing », on parle d’ailleurs de 8 minutes 14 secondes de montage ce que nous n’allons pas manquer de vérifier ! On nous promet également de bonnes performances pour un prix inférieur à 160$ soit environ 125€. Or, en France, pas moyen de trouver cette Nautilus 500 à moins de 200€… certes, il y a des frais de douanes et de port mais pas autant… Au final, ce kit watercooling s’avère un des plus chers du marché français.

La watercase

Avant de déballer ce Nautilus 500, je dois avouer que j’avais un a priori concernant la qualité des matériaux utilisés. En effet, étant constitué de plastique, les différentes photos de tests des confrères ne m’inspiraient pas vraiment… A présent, mon avis est tout autre puisque le plastique utilisé est beaucoup plus robuste et de bonne qualité que ce que je pensais et tant mieux ! Avec des dimensions de 24*21*10 cm pour un poids de 1,6 Kg, on peut y apercevoir, sur le dessus, la grille du ventilateur 120 mm ainsi qu’un bouchon de remplissage et, en façade, une tranche du réservoir ainsi que le logo « Corsair Nautilus 500 ».

L’ensemble respire la qualité avec une bonne finition : de l’autre coté, de droite à gauche, nous pouvons distinguer les entrées/sorties en raccords rapides, le connecteur d’alimentation ainsi qu’un interrupteur 2 états pour faire varier la vitesse du ventilateur.

En dessous, c’est au radiateur 120 mm que nous avons affaire : celui-ci est totalement en aluminium avec un total de 15 tubes plats. L’air est ainsi aspiré par le dessous de la watercase puis expulsé au dessus traversant le radiateur. Mis à part cela, cette Nautilus 500 repose sur 4 pieds avec des pads en mousse afin d’avoir une bonne assise sans vibrations sur le boîtier qui l’accueillera. Pas de vis apparentes à part les deux du milieu, les vis d’assemblage des parties inférieure et extérieure se cachent donc sûrement sous ces pads ;)

En l’ouvrant, on accède ainsi aux divers éléments internes qui sont le radiateur, le réservoir, la pompe et le ventilateur sur l’autre partie. Les jonctions entre ces éléments se fait avec du tuyau 9/12 mm fixé par des bagues pour assurer l’étanchéité et aidé parfois par des spirales de plastique pour ne pas plier.

Nous pouvons ainsi en savoir plus sur le radiateur précédemment cité : c’est un radiateur 2 passes, pour avoir le moins de pertes de charges possibles, fixé avec de la colle.

Quantà la pompe, c’est une très connue Laing DDC aux caractéristiques alléchantes : débit et pression maximums atteignables de 350L/heure et 4mH20 à 12V, une tension de fonctionnement de 8 à 13,2V et une durée de fonctionnement du moteur de 50000 heures (Pour en savoir plus sur cette pompe, je vous conseille d’aller sur cette page). Autant dire que le débit en sortie ne sera certainement pas ridicule et c’est tant mieux car plus le débit est élevé dans un circuit, meilleur est l’échange thermique.

Cette Laing DDC est reliée en entrée à un réservoir blanc en plastique moulé et assez rigide. Ce réservoir possède un bouchon qui dispose d’une fente pour le remplissage et est éclairé vert par une Led en façade.

Pour ce qui est du ventilateur, alimenté en 12V, son débit d’air est de 74,4 CFM pour une vitesse de 1800 rpm.

Le waterblock

On passe au waterblock sur lequel il est difficile de donner des informations car tout est brasé. Selon le constructeur, c’est un waterblock à micro canaux full cuivre pour maximiser l’absorption de chaleur. Deux tuyaux 9/12 mm de 120 cm sont déjà fixés sur cet échangeur à eau noir via des bagues afin d’assurer l’étanchéité.

Pour ce qui est de la base, ce n’est pas joli joli dès que l’on enlève le film de protection puisqu’il reste plein de traces…toutefois après les avoir enlever le résultat est correcte.

Le montage

Corsair annonce 8 minutes 14 secondes de montage, voyons voir si, en pratique, nous respectons ce temps ! Pour cela, en plus de la watercase et du waterblock, il nous reste à disposition des raccords rapides, deux circlips (clips de serrage), une équerre, un câble d’alimentation, l'additif "COOL", de la pâte thermique, des fixations pour processeurs Intel sockets 775 / 478 & AMD sockets 754 / 939 / 940 et un manuel d’installation. Ce manuel est très explicite avec un nombre d'illustrations considérable, on regrettera juste qu'il soit écrit seulement dans la langue de Shakespeare...

Nous avons ainsi mit 3 minutes pour monter le waterblock CPU mais il faut avoir le coup de main car il faut visser les deux parties de la fixation tout en maintenant bien le waterblock. Après cela, il nous a fallu seulement 5 minutes pour passer les deux tuyaux dans l'équerre, les fixer sur les raccords rapides, clipser ces derniers et brancher les connecteurs d'alimentation soit un total de 8 minutes pile poil ! Pour ce qui est du remplissage, vous pourrez mélanger votre liquide (LDR, eau déminéralisée ou mélange) à l'additif COOL afin, entre autres, d'éviter tout risque d'oxydoréduction. Dernière chose, je vous conseille de bien remplir le réservoir car sinon vous entendrez le jet d'eau frapper contre une des parois ! On voit bien ici que c'est une Laing DDC ;)

3+9 =

 

 

twitter Facebook

Copyright © 2002-2020 ADNPC.net & Avadeo - Propriété de leurs auteurs respectifs - Page générée en 0,032s (11) - 26 connectés dont 0 membre

Recherches - Commentaires - Newsletter - Plan du site - A propos - Mentions légales - Contact

Actualité informatique - DLL